Katchouk Communications

Katchouk devient une entrepreneure

Le 19 octobre 2015, je suis devenue une entrepreneure!

C’est encore tellement étrange pour moi de dire ça. Contrairement à d’autres, je n’ai jamais rêvé de devenir entrepreneure. Ce sont les circonstances qui ont fait de moi, une entrepreneure. Alors que je travaillais dans une agence de relations publiques où l’on me demandait d’utiliser mon expérience et mon réseau de contacts pour développer un nouveau secteur d’activité, une cliente m’a tout simplement dit: « tant qu’à le faire pour quelqu’un, pourquoi tu ne le fais pas pour toi? ». C’est l’étincelle qui a mis le feu aux poudres!

[La vie d’une entrepreneure] – La réflexion

Lors d’une longue conversation autour d’un brunch du dimanche matin, cette même cliente, propriétaire de plusieurs commerces, a complètement démystifié l’entrepreneuriat pour moi, en commençant par le sentiment de peur.

« Qu’est-ce qui pourrait vous arriver de si grave? »

Une question désarmante de simplicité qui commande une réponse simple : rien. Il ne peut rien m’arriver de grave. Je peux échouer ou faire faillite, mais cela de me tuera pas et ne fera pas de mal à mes proches, alors il ne peut rien m’arriver de grave.

L’idée

Pour commencer la réflexion, il fallait que je trouve une idée d’entreprise! J’évolue dans le domaine des communications depuis 15 ans et il était évident pour moi que je désirais continuer dans ce domaine. La deuxième étape était d’identifier « une niche », c’est-à-dire des secteurs d’activités connexes qui allaient me permettre de me distinguer.

S’administrer

Le doute et la peur, c’est comme un brouillard sur notre vie. Lorsqu’il se dissipe, une nouvelle route apparaît. C’est à la fois surprenant, risqué et attirant! Mais la vraie question pour moi était:

«Est-ce que je suis capable de me lancer en affaires? »

On le sait, la majorité du temps, le doute est sain, mais il est important d’ajouter : sauf s’il est motivé par la peur. Dans mon cas, mon doute était relié à ma capacité à m’administrer. Sans aucune notion d’administration, je me demandais si je serais capable de bâtir une entreprise viable. Réponse de ma cliente : « Entourez-vous des meilleurs et n’écoutez que les experts. » J’ai pris une grande respiration. En effet, si j’avais de l’aide dans ce domaine, je pourrais être capable de gérer une entreprise.

Se discipliner

Mais pour se partir en affaire, il faut assurément de la discipline, et la discipline… ce n’était vraiment pas mon fort! Dès que « je dois » faire quelque chose, je perds le goût de le faire. Chaque limite m’étouffe. Je ne voyais pas comment je saurais faire les compromis requis pour gérer une entreprise. Mais il y avait une chose que je ne savais pas à ce moment-là :

c’est beaucoup plus facile de faire «ce qu’il faut» lorsqu’on fait un travail qu’on aime!

 

[La vie d’une entrepreneure] – Le démarrage

Dans les jours qui ont suivi, je suis devenue une autre personne. À moins que j’aie seulement commencé à me voir sous un nouveau jour… Je ne sais pas. Ce que je sais, c’est que mon entreprise a pris forme peu à peu et ma vision s’est précisée. J’en ai parlé à mon chum qui m’a assuré de tout son soutien. J’en ai parlé à ma famille et j’avoue que j’ai été surprise de constater que tout le monde était convaincu que j’avais ce qu’il fallait pour réussir. Je suis tellement chanceuse d’être aussi bien entourée!

À la fin de l’été, j’ai sérieusement envisagé de quitter mon emploi pour devenir entrepreneure. J’ai fait des calculs, évaluer les services que je pourrais offrir, contre-vérifier les faits avec des experts et la situation est apparue viable. J’avais tout de même l’impression de me jeter dans le vide….

Puis, au début de l’automne, j’ai rassemblé tout mon courage: j’ai trouvé le nom de mon entreprise et je l’ai enregistré. J’ai monté mon offre de service, établi mes prix et élaboré une présentation de mon agence, en misant sur ce qui me distingue. J’ai construit mon site Internet en commençant par ce qui était prioritaire, tout en rédigeant ma première soumission! Et oui, cette cliente qui a fait germer en moi la graine de l’entrepreneure, elle m’a référé mon tout premier client!

[La vie d’une entrepreneure] – La première journée

Donc, le 19 octobre 2015, jour de l’élection fédérale au Canada qui restera dans les annales de l’histoire politique comme étant celle de la plus impressionnante remontée du PLC, je suis devenue une entrepreneure à temps plein!

Carte d'affaire

Le premier matin, je me suis levée à la même heure que d’habitude. Complètement désorientée. Sentiment étrange d’être dépourvu de toute routine. J’ai pris le temps de comprendre ce qui m’arrivait. Depuis que je suis sortie de l’université en 2001, je me lève à la même heure, je dîne à la même heure et je reviens chez moi à la même heure (ou à peu près). Difficile de changer une routine que l’on suit depuis 15 ans!

Alors, je me suis simplement dit : « Fais ce que tu fais d’habitude : établis la liste des choses que tu as à faire aujourd’hui et mets-les en ordre de priorité. » Et c’est de cette façon que j’ai commencé ma journée. Puis, je me suis dit que j’allais aller voter sur l’heure du dîner et en me disant cela, je me suis rendu compte qu’en fait, je pouvais aller votre quand je voulais! C’est là que le déclic s’est fait dans ma tête : à partir de maintenant, c’est moi qui détermine ma routine. Elle peut être la même chaque jour ou elle peut être différente. C’est moi qui décide !

Quel extraordinaire sentiment de liberté et de prise de contrôle sur ma vie!

N’hésitez pas à me suivre pour en savoir plus!

La page Facebook de mon entreprise : Facebook.com/KatchoukCommunications

Le compte Instagram: Instagram.com/katchoukcom



RELATED POSTS


COMMENTS

  1. Bravo ! Je te souhaite le plus grand des succès! Tu es belle belle tu es bonne et tu es capable!

  2. Bonjour Madame, tu as tout ce qu’il faut pour réussir, j’en ai aucun doute,
    bonne fin de journée
    Papa


Laisser un commentaire